Avantages collectifs

  • Délestage du réseau routier (décongestion des autoroutes et routes).
  • Meilleure utilisation des capacités ferroviaires existantes permettant dans une certaine mesure de limiter les investissements dans l’infrastructure routière.
  • Meilleure répartition des volumes entre les différents modes de transport.

Avantages pour les utilisateurs de transports combinés


En France, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte adoptée le 22 juillet 2015 prévoit que : « Lorsque les marchés publics impliquent pour leur réalisation que des opérations de transport de marchandises soient exécutées, la préférence, à égalité de prix ou à équivalence d'offres, peut se faire au profit des offres qui favorisent l’utilisation du transport ferroviaire, du transport fluvial ou de tout mode de transport non polluant. » (article 9B).

  • La moindre sensibilité aux fluctuations du prix du gazole par rapport au "tout route" donne un meilleure visibilité sur les coûts d’exploitation.
  • Baisse des frais de personnel : économies réalisées sur les coûts variables, réduction du personnel (conducteurs, heures de conduite, travail de nuit).
  • Economies sur les dépenses en carburant grâce au parcours effectué sur le rail.
  • Moindre usure du matériel (pneus, maintenance), allongement de la durée de vie des véhicules et diminution du parc par l’investissement dans du matériel transbordable.
  • La tendance actuelle en Europe est d’introduire une taxe sur les camions (par exemple la "Maut" en Allemagne), calculée sur base des kilomètres parcourus et du type de camion (normes EURO et nombre d’essieux) sur des infrastructures routières non concédées.

    Dans ce contexte, le transport combiné dispose d’avantages en matière de taxation : en effet, la Directive 92/106 prévoit que les véhicules routiers engagés pour l'essentiel dans le pré- et post-acheminement en transport combiné soient exonérés entièrement ou partiellement des taxes routières. Cela permet d'éviter de grever exagérément le transport de taxes d'infrastructure dans la mesure où un droit d'utilisation de l'infrastructure ferroviaire doit déjà être acquitté dans le cadre du transport combiné. Par ailleurs, ces véhicules ne parcourent généralement que des trajets routiers très courts n’effectuant que les pré- et post- acheminements routiers : le transport combiné est libéré de tout contingentement et autorisation.
    Les véhicules routiers utilisés pour les parcours de pré et post-acheminement en transport combiné sont exonérés entièrement ou partiellement des taxes routières. L’exonération est de l’ordre de 75% sur la taxe à l’essieu.